Resized_pr_vision-credit-immobilier

L’année 2015 aura été un excellent cru pour les professionnels du crédit immobilier. Le nombre de prêts immobiliers accordés a augmenté de 33% par rapport à l’année 2014 ce qui prouve que le marché immobilier est reparti dans un cycle « positif » et que les taux exceptionnellement bas ont permis à de nombreux foyers d’acheter le logement tant désiré. Les courtiers en prêt immobilier prédisaient une remontée des taux progressives sur l’année 2016. La conjoncture économique cependant rabat les cartes et le scénario le plus probable devient une stabilisation des taux historiquement bas.

Une conjoncture économique plus difficile qu’anticipée

Depuis le 1 janvier 2016, le CAC 40 (l’indice boursier des 40 plus grandes capitalisations françaises) a perdu 12,42% (au 11 février 2016). Cette baisse du CAC 40 traduit la méfiance des investisseurs au vu du ralentissement de l’économie mondial,  notamment dûe à la Chine et des tensions au Moyen- orient, sans oublier un baril de pétrole retombé aux alentours des 30 dollars soit le point le plus bas touché pendant la crise de 2008. Un baril de brut aussi bas met en danger les budgets des pays pétroliers comme l’Arabie Saoudite, la Russie, le Venezuela ou l’Algérie. De plus l’industrie du gaz de schiste aux Etats-Unis ne peut être rentable à ce niveau de prix, une industrie fortement endettée qui pourrait mettre en difficulté le secteur bancaire en cas de faillite en série. Vous l'aurez compris, l'année 2016 ne sera pas une année de tout repos d'un point de vue macroéconomique.

Les taux de la BCE

La Banque Centrale Européenne (BCE) au vu des facteurs économiques ne devrait pas remonter les taux directeurs. L’objectif d’inflation pour la zone Euro est de 2% or même une prévision pour 2017 à 1,7% parait ambitieuse.  Au vu du risque de connaitre une situation similaire au Japon, la BCE va continuer son programme d’assouplissement quantitatif (QE) et ajustera sa politique en fonction de l’évolution de la situation.

Le taux des OAT toujours aussi bas ?

Les conséquences de la politique de la BCE se répercuteront sur les OAT (obligations assimilables du Trésor soit la dette de la France) qui ne devraient pas bouger en 2016. Les taux des OAT ont historiquement en corrélation avec la fixation des taux pour les prêts immobiliers. Une OAT étant réputée sans risque, les banques vont rajouter une prime de risque à l’OAT pour fixer les taux des prêts immobiliers. Ceci explique le scénario privilégié de taux toujours historiquement bas pour 2016.

Les répercussions sur le marché immobilier

L’attractivité des prêts immobiliers devrait permettre au marché immobilier de connaitre une belle année 2016. Si les prix immobiliers restent stables, les foyers vont continuer sur la lancée de 2015 pour trouver leur logement idéal et profiter de l’amélioration de leur solvabilité. Le Crédit Foncier estime même que l’année 2016 pourrait être la meilleure année depuis 2006 avec 825 000 transactions prévues. Selon Meilleurtaux.com, pour un bon dossier le taux restera en dessous de 2% sur une durée de 20 ans pour un bon profil et jusqu’à 1,5% sur 15 ans pour un excellent dossier.

N’hésitez pas à nous faire part de vos projets immobiliers, nous pouvons vous mettre en relation avec un courtier en prêt immobilier. Les barèmes proposés par les banques aux courtiers sont systématiquement 0,20 à 0,30 point en dessous de ceux affichés pour les clients en direct.

 

Se renseigner auprès d'un courtier en prêt immobilier

 

Pour rappel, les chiffres 2015 et les prévisions 2016 du Crédit Foncier

2015 :

  • 156 milliards d’euros de crédits immobiliers acceptés, hors renégociations (+30 % vs 2014)

  • 800.000 transactions dans l’ancien enregistrées (+16 % vs 2014)

  • 352.000 logements construits (équivalent à 2014)

2016 :

  • 163 milliards d’euros de crédits immobiliers attendus (+ 4,5 % vs 2015)

  • 825.000 transactions dans l'ancien prévues (+3,1 % vs 2015)

  • 379.000 logements neufs devraient être construits (+7,7 % vs 2015)